Passage à l'adulte, 2014

Place de la Cité de la Musique, Romans-sur-Isère

 

Le rite contient des rituels, dont ceux qui marquent des moments de passage important dans une vie d'un individu. Effectuant un échange Erasmus à Istanbul, je considère ce voyage comme une période de transformation. Comme beaucoup d’étudiants des années 2000, l’échange Erasmus est ce moment précieux qui marque une étape dans une vie. L’échange arrive toujours après l’obtention d’un premier diplôme dans les études supérieures. Pour la première fois, on se retrouve seul, sans ses amis, et sa famille. C’est donc une épreuve, une étape marquante et « volontaire ». Pour ma part, il s’agira d’un grand saut, un passage à l’âge adulte. Faire des longues études (Master) repousse le moment d'entrée dans la vie active. Et pour certains parents, faire des études c'est « rester un enfant ». Dans ma famille je sentais une nécessité à ce que je change d'âge pour être comme les adultes. Il y avait donc le besoin partagé d'un moment collectif et symbolique à ce sujet. En rentrant de l'échange Erasmus, j'organisa l'évènement de mon passage à l'âge adulte correspondant à une performance dévoilant trois projets*, réalisés à Istanbul.

La performance consiste à sauter d’un espace à un autre. Ce va-et-vient permanent déconstruit le premier espace : l’enfance, et crée un obstacle, une épreuve pour accéder au deuxième espace : l’adulte. Plus l’espace de l'enfance se déconstruit plus l’obstacle est haut et difficile à passer. L’espace de l’enfance reprend tous les objets réalisés à Istanbul. Comme une mue, ces objets sont les traces d'un passé proche qui viennent se poser sur un seuil qui va me transporter définitivement dans l'espace de l'adulte. La forme de cette structure provient des tombes Turque ayant deux stèles de chaque côté du corps. Les bandes adhésives réfléchissant la lumière font références à « la porte aux étoiles » (présente dans la série Stargate SG1 qui envoie une unité́ spéciale dans des espace-temps différents grâce à une porte de lumière). L'espace de l'adulte est un carré vert entouré d'une large bande violette remplie de points épais en relief. Le carré vert est un clin d'œil au carré de Malevitch (quatrième dimension de la peinture), sans oublier le « carré vert » de la pelouse de football. 

Ici, ce passage dans l’âge adulte implique un corps assumant ses actes qu'il emporte avec lui. L'espace de l'enfance, comme l'espace de l'adulte sont soulevés et le corps se présente à nouveau au monde, au spectateur, à la famille, dans un nouvel environnement : un petit tapis vert carré, signifiant la preuve incontestable d'une traversée dans l’es-pace de la peinture par le corps et l’esprit. Une manière d'affirmer une conviction certaine, celle de devenir artiste. Le résultat énoncé « Ça y est, je suis un adulte » montre l'absurde de la situation puisque l'enfant et l'adulte se sont posé la même question : « C'est quoi un adulte ? »

©2020 par MAXIME DELHOMME (Zeze). Artiste, Dessinateur, Peintre, Performeur.